Ce colloque animé par des chercheurs français et québécois à destination des professionnels de l’Éducation nationale, des acteurs institutionnels et associatifs du département et plus spécifiquement de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, constitue le point de départ de l’appel à projets « Décrochage scolaire » que la Communauté lancera, d’ici fin 2017, auprès des acteurs du territoire, dans le cadre du Programme de développement territorial urbain « Investissement Territorial Intégré » 2014-2020. La Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine fait en effet partie des 15 territoires sélectionnés par la Région Île-de-France pour la mise en œuvre de ce programme.
Ce colloque organisé en partenariat et avec le soutien du CGET et du Rectorat de l’Académie de Créteil s’inscrit également dans un contexte où la Communauté, au titre de la Politique de la ville, prépare le transfert des trois Programmes de Réussite Éducative existants (Melun, Dammarie-lès-Lys et Le Mée-sur-Seine), en janvier 2018.

Lutter contre le décrochage scolaire : une priorité nationale et locale

Avec environ 140 000 jeunes sortant chaque année du système de formation initiale sans diplôme du second cycle secondaire et 620 000 jeunes de 18 à 24 ans en dehors de tout système de formation et sans diplôme du second cycle du secondaire, réduire le décrochage scolaire demeure une priorité nationale. Sur la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, près de 500 jeunes sont en situation de décrochage scolaire.
La collectivité a donc fait de la prévention et de la lutte contre le décrochage scolaire une de ses priorités.
Le volet éducation du Contrat de ville signé le 15 juin 2015, par la Communauté et ses partenaires porte ainsi sur le renforcement et l’articulation des actions déployées en matière de prévention et de lutte contre le décrochage scolaire. L’ambition de la Communauté est d’assurer une bonne coordination entre les interventions communales et communautaires, d’organiser le pilotage de la stratégie du territoire à moyen et long terme et de renforcer le partenariat entre les acteurs.

300 acteurs éducatifs présents

Les chercheurs français et québécois (particulièrement en pointe sur ce domaine) qui sont intervenus le 18 octobre ont croisé leur regard et apporté certaines clefs de compréhension sur les concepts théoriques que sont le décrochage et la persévérance scolaire aux 300 acteurs éducatifs présents.
Quelles sont les conditions du décrochage scolaire, ses facteurs, les enjeux, les solutions pour y remédier ? Malgré des différences entre les sociétés française et québécoise sur les plans de l’éducation, de la jeunesse, de la réussite scolaire et de la persévérance scolaire, les travaux de recherches franco-québécois ont permis de découvrir une importante similarité des facteurs de risque pouvant conduire au décrochage scolaire.
Ce colloque a permis, en outre, d’interroger des porteurs de projets, français et québécois, sur la question de la persévérance scolaire. Emprunté au Québec, ce concept signifie : « agir sur la poursuite par les jeunes d’un programme d’études en vue de l’obtention d’une reconnaissance des acquis ».
L’un des enseignements des recherches menées sur ce sujet est que la persévérance scolaire doit être analysée dans son ensemble et non uniquement dans une perspective scolaire. Ainsi, de nombreux facteurs agissent et interagissent. Face à la diversité de ces situations, face à leur caractère multifactoriel, il y a nécessité d’agir en partenariat.
L’enjeu de la mobilisation, tant au plan national que local, est que tous les jeunes concitoyens acquièrent une formation minimale qui leur permettra de se réaliser, de travailler, de rêver et d’occuper une place dans la société.

Toutes les actus