Djihad est avant tout une comédie qui fait rire. Elle raconte les tribulations de Ben, Reda et Ismaël, trois jeunes Bruxellois un peu paumés, qui décident de partir combattre en Syrie, au nom de leur religion. Ils se lancent alors dans un road movie tragi-comique, de Schaerbeek à Homs, qui va leur réserver bien des surprises… et du désenchantement.

Se servant du rire, avec un ton tranchant, pédagogue et efficace, la pièce d’Ismaël Saïdi tourne en dérision le racisme ordinaire et révèle sur scène nos angoisses les plus profondes, la peur de l’autre et ce qu’elle peut créer. Son but est avant tout de sensibiliser le plus large public, mais en particulier les jeunes, aux dangers que représentent les extrêmes.

On rit donc mais on réfléchit aussi. Derrière l’histoire de Ben, Reda et Ismaël, c’est l’histoire de chacun qui se joue : quelles sont nos racines, notre histoire ? Comment surmonter nos frustrations, nos peurs ? La pièce interroge des fonctionnements socio-culturels, croise l’Histoire et des histoires individuelles et familiales. Les deux représentations seront suivies d’un débat animé sans tabou par l’auteur et les comédiens sur ces sujets de société encore trop peu débattus.

 

Un outil pédagogique au service de la prévention contre la radicalisation

Après avoir connu le succès en Belgique – Ismaël Saïdi est belge francophone d’origine marocaine - la pièce Djihad poursuit sa tournée en France où elle est jouée en collaboration avec des lycées, des MJC, des associations, des organismes de prévention judiciaire de la jeunesse. Elle a été officiellement déclarée d’utilité publique, en Belgique comme en France. 

La programmation de Djihad à Melun s’inscrit pleinement dans la démarche du Contrat de ville de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, puisqu’il s’agit de permettre à tous, en levant notamment les freins de la mobilité et au travers d’actions d’éducation et de médiation culturelles, de se rendre à un spectacle, d’accéder au travail et à la réflexion d’artistes qui portent un message humaniste universel.Ce message civique et citoyen sous-tend également l’Annexe au Contrat de ville « Prévention primaire de la radicalisation » que la Communauté va prochainement signer avec l’Etat.

Comment faire vivre au cœur des quartiers, mais également sur l’ensemble du territoire, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité ? C’est la vocation de cette Annexe qui vise à mettre en place des actions structurantes au moyen de deux vecteurs essentiels : la culture et l’éducation. Parce qu’il faut lutter avec détermination contre la banalisation de tous les discours extrêmes, prévenir les propos et les actes radicaux, la Communauté s’entoure d’acteurs associatifs et institutionnels qui peuvent relever ensemble ce défi.

Derrière l’histoire de la pièce et les actions éducatives et culturelles mises en place au sein des quartiers, se joue l’histoire de tout un chacun, la complexité de sa construction personnelle, des opportunités qui s’offrent à nous, mais aussi l’histoire de la cohésion du territoire, de la construction du vivre ensemble autour d’un socle commun de valeurs.

* La représentation destinée aux scolaires est financée par le Délégué interministériel à la lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti LGBT et le Secrétaire Général du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation du Ministère de l’Intérieur.

 

Informations pratiques :

Lundi 18 décembre, à 20h30, à l’Escale, à Melun.

Tarifs :  7€ en prévente – 10€ sur place

Déconseillé aux moins de 14 ans.

Réservations en ligne 

Rens : 01 64 79 25 31

Toutes les actus